Nom d’un chien, ce livre a du mordant

�����

�����

Big Up les reader's,

J'ai refermé le livre le plus flippant, le plus dingue et le plus abouti que je n'ai jamais lu!
Cujo est extra…mais surtout…dingue!

Prenez votre chien en laisse et hop…on va se promener dans ce roman!

1/ Cujo… de Stephen King?

 

Et oui, moi aussi je me suis fait la réflexion!
Un roman sur un chien?
Moi qui me bouffe du Stephen King pour le moment? Je désirais lire les oeuvres majeures avant d'attaquer la tour sombre!
Vu que je viens de le terminer, je suis obligé de vous en parler!

Ok, il y a "Jules" de Didier van Cauwelaert! Que j'ai adoré, et qui parle d'un chien.
Je ne pensais pas que King allait parlé d'un toutou si…sympathique, ou presque!

 

 

Quatrième de Couverture

Cujo est un saint-bernard de cent kilos, le meilleur ami de Brett Camber, qui a dix ans. Un jour, Cujo chasse un lapin qui se réfugie dans une sorte de petite grotte souterraine habitée par des chauves-souris. Ce qui va arriver à Cujo et à ceux qui auront le malheur de l'approcher constitue le sujet du roman le plus terrifiant que Stephen King ait jamais écrit. Brett et ses parents, leur voisin Vic Trenton et sa femme Donna, un couple en crise, Tad, leur petit garçon, en proie depuis des semaines à des terreurs nocturnes : tous vont être précipités dans un véritable typhon d'épouvante, un cauchemar nommé Cujo… Publié il y a vingt-cinq ans, Cujo reste une des oeuvres majeures de Stephen King, et un classique de l'épouvante.

 

 

 

1/ Une couverture qui donne le ton…mais pas trop!

Et oui…c'est certain, je n'ai pas choisi ce livre pour la couverture…elle craint un peu et n'est pas représentative du roman!
Clairement pas!

Mais voir des dents sur une espèce de loup garou ou de bestiole du genre…bof!
Du coup, j'ai lu la quatrième de couverture et…Wouf!
Quand j'ai appris que c'était un saint-bernard…ben why not!

J'étais obligé de le lire, Un chien qui dégomme tout, ça cartonne! Surtout chez les autres!

Voilà…rien a dire!
C'est con, mais la couverture est moche et n'attire pas!:)
Mais, c'est un roman de King! Et comme j'en ai beaucoup entendu parlé…je suis obligé de le lire!

 

2/ Un roman qui a du chien!

Oh…que d'émotion mon petit Jamy!
C'est fou, mais le pitch est simple et complet à la foi!

On retrouve les propriétaires du garage du coin qui ont l'aire de vivre au moyen âge, mais ont un molosse super joueur.
Un fils qui croit qu'il y a un monstre dans son placard.
Les parents où la mère se fait sauter l'arrière train par l'abrutit de service et qui s'en veut. Où le père est responsable en marketing, qui s'en va et qui pardonne a sa femme de ses escapade.
Un mec qui n'accepte pas s'être fait jeter après qu'une femme lui dise qu'elle ne veut plus de lui…mais bien de son mari!

Revenons à la genèse de ce roman.
King, en moto, va chez un garagiste!
Il y voit un gros saint-bernard, qui soit disant est sympatoche, mais lui montre ses belles dents presque blanche…et là…ça fait wouf!
King à l'idée du roman….et même si c'était un moment de stress pour King (avec ce qu'il nous donne, il peut en avoir quelques un…non?), je suis heureux que ce moment ce soit passé!

Cette histoire, pour moi…est une des plus aboutie de King.
Si vous me suivez, vous savez que je trouve qu'il arrête ses romans trop tôt (voir Running Man).
Et là…tout est construit de façon extraordinaire!
Et surtout…comme si c'était réel, mais avec une pincée de surnaturel si bien développée et pourtant discrète.

Je ne fais pas de Spoiler! 

C'est si bien construit que King fait renaître un personnage de "Deadzone", et c'est là que toute cette histoire prend vie!
Ce personnage horrifie le jeune Tad! Si bien que son père, pensant que c'est un cauchemar d'enfant,  lui dit qu'il y a rien dans l'armoire et écrit un poème pour faire fuir ce montre au gros yeux!…
C'est là qu'est l'erreur pour moi!…et c'est très bien ainsi!

Une erreur? Mais pourquoi?

Parce qu'un enfant, si il pense qu'il a un monstre dans son armoire ou sous son lit, nous ne devons pas faire encrer à l'enfant que ce monstre existe!
En effet, mieux vaut dire à l'enfant "pour faire fuir le monstre, on fait quoi?"le faire participer en vue que l'enfant le combate à sa manière…mais évidement…il faut une suite! Donc tout ce que je dis, King s'en bat les steak pour notre plus grand bonheur!

Et on peut donc supposer que le monstre de l'armoire (Franck Todd) est Cujo ou mieux…la chauve-souris qui mort Cujo!
Elle fait exister le mal, auquel l'enfant croit plus que tout!

Le roman…je ne vous en parle pas…je spolierai trop!
Et je vous invite à le lire.
Mais sa construction est tellement bien réalisée que ça en est jouissif!

On se sent intégré au roman, on se demande ce qui se passerait si c'était nous!
On vit le roman a chaque page pour souffrir, souffler et crier de plaisir tout au long des 440 pages!
 

Aucune description n'est de trop! Chaque détail a son importance afin de faire progresser le roman…L'écriture est fluide avec un certain humour parfois!

Et surtout… la majeur partie du roman…
 

 

…se déroule dans une voiture!
Et ça nom d'un chien…ça a du mordant!

Oser faire un livre qui parle d'un toutou pas commode autour d'une voiture dans un environnement unique…faut être doué!
Et bien, je n'en attendait pas moins de Stephen…bien joué mon petit bonhomme.

Tu mérites tes 5 frites!

 

3/ Et le chien…?
 

Quelle histoire!
Le chien est le personnage majeur de cette histoire, et est en partie le héro de cette histoire!
Le seul? Non! Mais il en est un contrairement à ce que l'on peut imaginer.

Un héro est un personnage qui poursuit une quête…et pourtant ce chien a deux quêtes :

1/ Attraper ce foutu super lapinou qui court trop vite!

Ben ouaip…qu'est-ce qu'il y a?

2/ Ne plus avoir la rage!

Et oui, ce lapin était important pour Cujo, s'amuser, mais aussi montrer qu'il est fort!
Et oui, Cujo n'est pas méchant, loin de là…
Il doit donc l'attraper, ce qui lui cause sa perte!

Ensuite, la rage!
Oui, parce que le toutou n'est pas vacciné contre la maladie qui fait bleffer!…évidement!
Et c'est là que c'est génial!
King nous propose un certain nombre de passage où il nous projette dans la tête du chien!
 

 

On y ressent sa détresse! Il a mal…On vit toutes les étapes de la maladie, pour arriver à celle où il déchicte son steak sans couteau!

On y ressent cette douleur!
Et il pense que c'est l'homme qui lui a inculqué cela…la rage est la faute de l'homme!
Il faut donc les punir!

Il a donc sa quête!..sa propre quête : Ne plus souffrir!

On peut ressentir aussi que si il arrache de la Binoche, ce n'est donc pas de sa faute, mais bien de la faute des autre!
Comme un homme qui tue par pulsion…ce n'est pas lui… Il doit sévir!

Et c'est là que je reviens sur Franck Todd, le meurtre qui tuait sans raison, il était gentil, au fond! Mais tuait et ne savait pas pourquoi!
Je me dis donc que Franck Todd est la chauve-souris! Inculquant le mal à une grosse boule de poile de 110 kg qui rapporte la babale!
Trasmettant une maladie désireuse de tuer à l'intérieur d'un être supra-sympatoche!

King, t'est au top mon gars!

 

4/ une fin qui met les poils!

 

Je ne vous dirai pas la fin.

Soyez-en certain, sur plus de 60 pages…L'auteur nous fourni un récital de frissons qui amène le lecteur à avoir le chocottes!
Et cela se fait au fur et à mesure de l'avancée du roman…mais le final est un bouquet de trouille aussi majestueux qu'un feux d'artifice!

Une fin des plus parfaite

J'ai eu sérieusement les poiles! (et c'est pas pour la vanne) Je n'ai jamais eu aussi peur en lisant un roman…

On ressent l'ombre de la mort et l'hombre d'une morsure à la jugulaire planer sur ce le roman, sans savoir comment et quand elle viendra!

Quand je refermais ce livre, je me suis demandé ce que je ferais si je croisais un saint-bernard!

Le dénouement nous libère d'une scène tellement prenante que le roman ne peut être arraché des mains!
Nous devons suivre ce dénouement comme si c'était claqué sur notre propre vie!

Et puis…on dit ouf!
On est fatigué du combat fait dans notre canapé contre ces personnage irréels mais portant si vrais!

Ce fut une aventure remarquable!

4/ En bref

Ce livre est construit tellement bien qu'il amène le lecteur à frissonner, à se sentir enfermé dans cette voiture, à avoir chaud, à se prendre au jeux de la lecture et de se croire un personnage du roman!

Ce roman vaut les cinq frites ! Sans aucun doute…il en vaut le détour et l'aventure!

Je ne peux que vous inviter à lire ou relire ce romans extraordinaire d'un chien  qui a mal!

Mais dites moi..;après tout cela…vous avez pensé la même chose que moi?

 

Le Lapin, une grotte…du mordant…? Ca ne vous dis rien?

Mais juste un petit conseil, parce que je vous aime bien….pensez à prendre de l'eau dans votre voiture! Juste au cas où….On est jamais à l'abris de l'attaque d'un chien tueur proche sa bagnole quand on va au garage près de chez soi!

Et vous vous en avez pensé quoi?
Vous avez aimé?
Envie de le lire?

Sur ce, j'en boit une à votre santé bande de fou!

 

Follow:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *