Au final, ce sont eux qui nous observent!

�����

�����

      The End – Zep – Edition Rue des Sèvres – 90 p – 19€
 

 

 

Ils nous observent…et ils connaissent notre monde mieux que personne.
Chaque interaction que nous avons avec eux est enregistré dans leur mémoire transmis elle même de génération en génération.
Je dis leur, car ils communiquent entre eux…par les airs et par le sol…Vous ne vous méfiez pasd'eux, pourtant vous devriez… car ils étaient là avant nous et le restera bien après nous!

Ils, ce sont ces êtres qui nous font vivres et que nous malmenons souvent…ils, ce sont les arbres!

ZEP, le créateur d'un sacré garnement nommé Titeuf  : préado fougeux, énergique et naïf, nous livre ici une histoire d'anticipation remplie de sens et de réflexion sur un fond sonore de Jim Morisson!

J'ai été très touché par cette BD. Je ne pensais pas lire de bandes dessinés de ce type.
Je pensais que ce n'était pas pour moi!
Et pourtant…c'est un coup de cœur qui, en plus de m'avoir donné du plaisir aux yeux, me fait réfléchir.
Je tiens à remercier Aurore, du blog C'était pour lire…reviens gamin. Qui en a parlé dans une interview, l'envie de lire cet ouvrage m'a été donné… Alors simplement : Merci Aurore!

 

"Je pensais que nous étions là pour observer la forêt
Mais c'était elle qui nous observait."

 

Cet ouvrage commence par des jeunes en pleine promenade à Santa Cruz de la Seros où le drame démarre.
Aucune explication…et pourtant un trente deux personnes tombent comme des mouches!

Copyright Rue des Sèvres, Paris, 2018

L'auteur nous emporte ensuite en Suède, au cœur de son récit où l'ont suit des chercheurs "déchus".
Ces derniers, guidé par le  Professeur, un tantinet acariâtre,  Frawley, adepte de "The End" de The Doors, pensent que les arbres gardent en eux l'ADN de notre monde, communicant par le Wood Wide Web et ne faisant aucunement confiance à l'homme.

C'est cette théorie, incomprise par les contemporain du dendrologue qui l'a fait partir en Suède, au fin fond de sa cabane, loin de tout pour continuer ses études sans être moqué par ses paires.

Au centre de cette histoire vient se greffer l'entreprise Pharmacop, soupçonné de rejeter des déchets organiques dans le sol. et donc ce message écologique important aux yeux de chacun.

Les animaux réagissent différemment, en ayant moins peur de l'homme.
Tout est chamboulé…rien ne va plus…le monde n'est plus ce qu'il est…

La nature que l'on connait et que l'on croyait comprendre est-elle en train de changée? De nous préparer quelque chose?

Et surtout…il y a ces champignons!

Copyright Rue des Sèvres, Paris, 2018

LES ARBRES NOUS AVAIENT PRÉVENUS…

De part cette histoire, on nous rappel l'importance de nos amis les arbres.
Qu'ils soient présents depuis des siècles…que dis-je…des millénaires et le restera encore bien après nous.
De plus les théories mentionnés nous font réfléchir. En effet, comment ont vraiment disparu les dinosaures? Est-ce vraiment une météorite qui a tout fait basculer?

Le fond de ce récit me fait penser à ce film, pardon, cette daube "Phénomènes" de N. Shyamalan. Mais la forme donné par ZEP nous emporte bien plus loin avec une histoire aussi dynamique qu'intéressante.

 

Copyright Rue des Sèvres, Paris, 2018

 

La recherche de l'auteur nous montre que tout est contrôlé. Les personnages du récits sont les experts connus et reconnus d'aujourd'hui, vers lesquels ZEP s'est dirigé pour amené son histoire et ainsi nous la partager.

D'ailleurs, j'aimerais l'avis de l'auteur, mais j'ai l'impression que les traits du professeur sont ceux de ZEP, se donnant les traits du Pr Hallé, avec des lunettes…je me trompe?

Ce qui est amusant, c'est qu'à ce qui parait, le professeur Hallé détesterait "The end" des Doors…
 

DES PLANCHES QUI GUIDE LE RÉCIT

Guidé par un trait de crayon fin & précis m'ayant transporté, c'est la couleur de fond qui m'a le plus plu.
Pas de chichi, pas de complications. Juste un un message allant à l'essentiel.
En ouvrant le livre, je me suis demandé comment j'allais appréhender des planches vertes, brune, ocre et bleue.
Au final, ces couleurs tantôt douces, tantôt fortes sont d'une cohérence et même d'une importance pour nous emporter dans la chronologie du récit mais aussi l'importance de la scène décrite!

Copyright Rue des Sèvres, Paris 2018

Je vous avoue que je pensais que ZEP allait s'engouffrer dans son Titeuf.
C'est ainsi que j'ai découvert que non…c'est un auteur bien plus profond que cela!
Il m'a convaincu et j'irai voir ses autres bandes dessinés…avec le plus grand soin!

 

THIS IS THE END…

J'ai quand même voulu comprendre la relation entre le titre et la chanson de the doors.
 

  • Le titre a été la bande son d'Apocalypse Now. Un lien très fin existe, mais je vous laisse le découvrir !
  • The End est une chanson de The  Doors, dans laquelle Jim Morrison fait des adieu. Il ne savait pas à quoi à qui…

Ici, nous pouvons comprendre la cohérence avec le titre : Clairement pour moi c'est les arbres qui font leur adieu…pas les hommes.
Et dire Adieu, c'est souvent pour débuter quelque chose de nouveau!

VIVONS ENSEMBLE…

Cette bande dessinée, sur fond d'écologie fait réfléchir et son message est simple :

Nous ne sommes que locataire de la Terre! Comprenons là pour mieux vivre ensemble car il n'y a pas de seconde chance.

Les arbres ne sont pas présent que pour porter des feuilles et nous donner des fruits…mais aussi pour vivre avec nous …ou plutôt, pour que nous puissions vivre avec eux!

 

 

🍟🍟🍟🍟🍟  assurément!

Follow:

4 Comments

  1. Cyrielle 25 mai 2018 / 12 h 51 min

    Tu m’as intriguée avec cette BD, j’ai bien envie de la découvrir !

    • Le belge qui lit 25 mai 2018 / 13 h 32 min

      Alors vas-y! Clairement!

  2. diluvien 31 mai 2018 / 7 h 06 min

    Je suis également très peu bd mais le début permet de croire encore que des choses un peu lamabiquées peuvent encore avoir du succès (si on suit le mini spoil encore plus… la musique ! lol), ce qui me fait peur pour ce que j’écris, simplifiant toujour spar manque d econfiance du lecteur (pour moi tout se mérite, mais ce n’est pas la vision actuelle général – donc faut-il pousser à l’effort pour amuser les plus aguéris ou simplifier pour accr^oître les chances de succès ???).
    Merci en tout cas !

    • Anonyme 1 juin 2018 / 12 h 33 min

      hmmm… pour moi, aucun des deux. L’auteur pousse à réfléchir, à mettre cette graine dans notre esprit en espérant qu’elle germera.
      Pour ce qui est du spoil…ce n’en est pas un, c’est annoncé au tout début du livre et c’est juste une réflexion autour du theme de cette musique et de cet ouvrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *