Prenez l’escalier descendez les marches et ouvrez la porte…

Prenez l'escalier descendez les marches et ouvrez la porte...

 

Bernard Werber – La Boîte de Pandore – Ed Albin Michel – 543 p – 2018 🍟🍟🍟🍟🍟 

Yo les lecteurs!

 

Si vous me connaissez bien, vous savez que la transition entre septembre et octobre est importante à mes yeux!
Vous vous imaginez déjà que, dès sa sortie, le dernier bébé de Bernard Werber est venu rapidement se blotire dans mes bras.
Vu que Werber est un auteur que j'aime beaucoup, j'espère être objectif…bien que j'aimerais le contacter sur un point particulier de son roman…

 

A mes yeux, Bernard Werber est l'exact inverse d'Amélie Nothomb!
Autant Amélie me parait étrange, parfois surfaite et souvent fofolle mais que l'on a envie de prendre dans les bras, autant Bernard Werber me fascine de part son côté calme, construit, rassurant!

Bernard Werber, a créer un univers propre à lui, cohérent, et redondant où sciences, mythes et spiritualité coéxistent dans la cosmogonie de l'auteur!
Auteur des fourmis, que l'on rencontre dans tous les livres, il aime insérer des objets de ses romans précédents dans ses romans en vue d'agrandir son Werber's Univers.

A chaque nouveau roman, l'auteur nous fait voyager d'un monde connu et maitrisé, vers l'inconnu avec de nouvelles notions à apprendre.
Lire du Bernard Werber c'est aborder un sujet qui n'intéresse que peu de monde, en le rendant sexy, agréable et intéressant!

Cette fois-ci, Bernard nous emmène découvrir notre mémoire oubliée où la volonté de nous apprendre qui l'on est vraiment, est grande!

Avant toutes choses, je vous invite à accompagner votre lecture avec une Grimbergen, la bière du Phoenix. 

Pour découvrir qui vous êtes, suivez-moi : Prenez l'escalier, descendez les marches et ouvrez la porte…

Voici le Pitch de l'histoire!

Revenons deux secondes sur le titre "La Boîte de Pandore", signifiant "la source de beaucoup de malheur".

Pandore, créé par Ephaïstos, fut amené sur terre avec une boîte. On interdit à Pandore de l'ouvrir et paf…comme une gamine de 3 ans devant un bol de bonbec…elle l'ouvre!
Et Paf Pim Poum, tous les malheurs du monde en sont sorti!

Ainsi l'espérance peut être perçue comme un terrible mal, le plus atroce tourment que l'homme garde au fond de lui-même.
Pour certains, au contraire, elle suggère que l'homme, lorsqu'il se voit frappé par le malheur, ne doit jamais perdre espoir…

On peut donc imaginer que nos héros ne devons donc pas perdre espoir suite à un malheur…On verra bien!

Je vous invite à lire l'histoire  de Pandore ici même.

Ceci dit, "la boîte de Pandore" et des têtes identiques l'une dans l'autre telles des poupées russes ne me donnent pas d'indication!
Werber possède souvent des couvertures très explicites, souvent par phases!
Ici, nous parlerons de vies vécues à travers d'autres ainsi que d'hypnose…imaginons ds lors que les têtes imbriquées l'une dans l'autre, telle des poupées russes soient un reflet des vies passées.

Par contre, les têtes sont identiques…c'est donc la même personne qui voyagerait à travers les âges?

Si vous avez suivi mon article sur Depuis l'au-delà, je disait que les couvertures de ses trois derniers romans tendaient vers un même signe : l'oeil!
Ici, nous n'en découvrons pas…Est-ce pour casser un cycle?
 

Nous pouvons imaginer que le cycle continue, car : à la place des yeux, c'est un visage qui s'y place..Et vu qu'il y a toujours un symbole au niveaux des yeux…

Cycle ou pas..Une seule solution : lire le livre!

 

 

A vous de choisir...mais il y a un truc! c'est certainA vous de choisir...mais il y a un truc! c'est certainA vous de choisir...mais il y a un truc! c'est certain
A vous de choisir...mais il y a un truc! c'est certain

A vous de choisir…mais il y a un truc! c'est certain

Passons aux choses sérieuses!

La boîte de Pandore n'est pas un livre qui se lit! Il se dévore.
Bien que croyances, mythes et science sont ici mélangés, une fois que vous avez adhéré avec les divers concepts, qui est ce que Werver nous aide à faire au mieux, l'aventure est plus folle!

Les divers héros sont attachants mais aussi surprenants!
René, professeur d'histoire, se voit boulversé à la suite d'une hypnose particulière et nous emporte dans son chamboulement!
Persuadé que l'histoire nous est conté que par des histoires fausses mettant en valeur les plus indignes à être connu, il veut a tout prix démontrer ces manipulations et désire s'aider à l'aide de ses vies antérieures.

Et puis, pour patatra…il fait la découverte d'une de ses plus anciennes vie antérieures et tout est chamboulé!
C'est là que tout commence et que notre héros comprend le sens de sa vie!

Le Werber's Univers est très étoffé et mérite encore une fois a être mis en valeur!
On y voit "fantôme", "chat", on y parle de fourmis, de Dieux… tout est possible et tout se raccroche à son univers si étoffé et si bien construit!

Seul une chose dont j'aimerais discuter avec l'auteur.
Dans le Sixième sommeil, Werber nous indique que via une étape précise du sommeil, nous pouvons aller voir notre passé!
Ici, via l'hypnose, nous pouvons voir nos vie antérieures…
Je suis certain que l'une est cohérente avec l'autre, mais pourquoi semble-t-il si facile de tomber en hypnose pour aller voir nos vie antérieures et si difficile de voir notre passé?

Pourquoi donc , dans le sixième sommeil, les héros n'ont pas tenté l'hypnose et donc passé par l'étape des vies antérieures?

Là, je suis clairement un peu dubitatif…comme si, pour la première fois, je trouvais une faille dans son univers! 
Je lui enverrai un courrier et vous tiendrai au courant! 

 

Dans cet ouvrage, La boîte de Pandore, Werber arrive à nous toucher, et à avoir peur pour des personnages que l'on apprend à connaitre au fil du temps!
L'impression  que ces derniers se construisent et grandissent au fils de ce roman nous transporte à travers des palpitations où, la révélation finale est tellement exceptionnelle !
Sur ce coup là, il a fait fort notre Bernard!

Et sa marque de fabrique est tellement cohérente avec ses romans et ce roman!
Je parle bien évidement de l'encyclopédie du savoir relatif et absolu, où , après quelques chapitre, on nous parle de points historiques mettent en valeur des évènements du romans que nous avons passé à travers notre lecture!
Comme si un complément d'information était nécessaire en vue de nous instruire!
Comme si René, professeur d'histoire voulait remettre les choses à leur places en nous parlant à travers les pages!

Une petite dernière chose, l'auteur, s'attaque à un monstre avec une pointe d'incompréhension, pour ma part!
Dans son roman, "Depuis l'au-delà", Bernard nous évoque un fantôme, dont la vie fût passé, dialoguant avec une voyante!
Il est plus facile de voir son âme future que de voir un fantôme…
J'ai un peu de mal à m'accrocher à tout cela…

Ici, Werber s'attaque au point de vue temporelle, mais surtout au principe de causalité!
Et wai, mon petit Bernard, fallait pas s'attaquer à moi!

En gros, le principe de causalité : On ne peut pas avoir l'effet d'une cause, sans que la cause ne soit produite! 
Un effet, ne peut pas rétroagir sur sa cause! …C'est bon, ou je vous ai déjà perdu ?

(En bref, Georges et Lorraine se sont rencontré et auront un fils : Marty! Si Marty va dans le passé et fait rater la rencontre en Georges et Lorraine…alors Marty ne peut pas naître et donc ne peut aller dans le passé… C'est exemple est totalement pris au hasard!)

C'est ce qui fait qu'on ne peut pas voyager dans le temps! Vu que le temps est linéaire (j'ai pas dit rectiligne…) et pas cyclique… on ne peut interférer avec le passé!

C'est cela qui fait que certains évènements du livre ne sont pas possible!…Mais pourtant abordé et jamais historiquement vécu et explicité par les personnages!
Bien que dans le sixième sommeil, Bernard Werber à trouvé un subterfuge pour contrecarré le principe de causalité…Ici, il n'explique rien là-dessus….je suis un peu déçu!

Ça fait trois fois…Bernard, tu commence à m'énerver! Où alors c'est moi qui suis trop exigeant avec toi!
 

Bref…cela ne retire en rien à son roman qui est juste exellentissime!

Terminons sur une note très positive!
Dans chacun de ses romans, la fin est construite autour d'un fait épique et entrainant nous obligeant à ne jamais lâcher les pages et à dévorer ce roman chapitre en chapitre!
La construction du final se fait via des scènes grandioses où les mots et les acteurs du livres nous emportent pour un final grandiose!

Merci pour cela…j'ai aimé revoir votre plume Mr Werber!

Bref, que dire de plus?
Peut-être : Ecoutez-moi, respirez lentement, savourez ces 🍟🍟🍟🍟🍟 en prenant l'escalier. Descendez les marches doucement, ouvrez la porte…Bon voyage!

 

 

Follow:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *