Un puzzle de près de 100 ans!

Un siècle de mensonge – Jean-Louis Aerts – 180° Editons – 379 p – 19€ – 🍟🍟🍟🍟

C’est à la foire du livre de Mons, en allant dire bonjour aux différentes maison d’Editions qui m’ont déjà fait confiance, que 180° éditions à réitéré cette dernière!

En effet, l’auteur Jean-Louis Aerts était présent et m’a offert ses deux livres
« un siècle de mensonge » ainsi que « un demi-siècle de mensonge ».

Le livre dont je vais vous parler, à été placé à la seconde place du « Prix des lecteurs Club 2016 »

Attendez-vous donc à trouver autre chose que du Chamallow dans ce bouquin!
 

 

Vous le comprendrez, aujourd’hui, je vous parlerai du premier livre « Un siècle de mensonge ». La chronique du second arrivera bientôt!

Quand j’ai reçu ce livre, le titre m’a de suite intrigué « Un siècle de mensonge »!
J’ai de suite pensé à un roman historique remanié où l’histoire de certains accidents connus avait été modifié pour en faire un roman. Modifié par qui? Les médias, « les illuminatis » (je déconne là…quand même restons sérieux!)… 
Je m’attendais donc que l’on parle d’histoire!

La couverture ne m’a rien inspiré… bien qu’elle soit très jolie!
D’un calme absolu, elle ne m’a inspiré que quelque chose d’apaisant…un peu comme le calme avant la tempête…

Je dois vous avouer qu’après la lecture, je me pose toujours un peu la question!

 

J’espère que vous aimez fouiner partout et voyager dans le temps et dans l’espace, parce que là, vous serez servi!
Allez hop, on y va!

 

Avant de commencer à vous parler de l’ouvrage, voici ce que la quatrième va vous dire :

 

« Jeune journaliste de trente trois ans, Marylou est engagée par un richissime vieillard américain pour écrire sa biographie. Le contrat à peine signé, elle se rend compte qu’elle se fait manipuler. 
Trop tard, le piège se referme inexorablement sur elle. Le compte à rebours est déclenché : il lui reste moins de deux ans pour comprendre les enjeux dont elle est l’objet.
Débute alors un véritable bras de fer entre deux être que tout semble opposer.


De New-York à Syracuse, en passant par Bruxelles, Marylou sera forcée de remonter le passé jusqu’en 1907 et d’ouvrir la boîte de Pandore.

L’auteur nous livre un roman captivant dès la première page, dans laquelle il distille, au fil des trente cinq chapitres, les pièces d’un puzzle qu’on prend plaisir à reconstituer »

 

Ne zappez pas, cette histoire vaut le coup, soyez-en certains!

Imaginez qu’un jour un millionaire plus proche du centenaire que vous, que vous ne connaissez ni d’Eve, ni d’Adam, poste une annonce dans le journal pour écrire sa biographie et qu’un de vos amis envoie votre CV…manque de pot, vous êtes retenu!
C’est le début du roman… et déjà je n’arrive plus à décrocher! On était loin de ce que j’imaginais…très loin même!

 

Dans la vie, il faut savoir ce que tu veux.
Si tu sais ce que tu veux, tu viendras un loup, sinon, stp resteras un petit agneau tout doux, qui se fera bouffer tout cru, comme dans la fable de La Fontaine.

 

L’auteur et la maison d’Edition m’ont bien eu! Je m’attendais à de l’histoire romancé et paf…j’ai eu une claque…une bonne tout de même, celle qui me rappelle qu’en Belgique on fait des choses vachement sympa niveau littérature!

Dès lors, je n’ai plus lâché le roman. Mes soirées se finissaient à une heure du matin, je passait de scène en scène, de chapitre en chapitre, d’heure en heure et je découvrais ce roman de trente-cinq chapitres qui m’a happé totalement!

 

Cette image à une grande importance… et j’y repense encore!

Une fois pris en main, vous êtes invité à un voyage spatio-temporel!
Vous partez tantôt à New-York, tantôt à Messine, l’héroïne vous fait découvrir les rues de petits villages et villes belges et tout cela entre 1908 et 2004!

Outre les aspects de temps et d’espace, ce sont les diverses scènes du livres qui vont de rebondissements en rebondissements, de surprises en surprises, pour que Marylou, découvre enfin le mystère qui entoure son nouvel employeur!

Les personnages sont extraordinaires et bien travaillé.

Toni Dantiedov, millionnaire de son état, à nonante-quatre ans et se porte comme un charme.
Je vous avoue que j’ai trouvé son état suspect. Il se porte que trop bien, une exception pour une personne de ce type.
Un fin manipulateur, tel un despote, ce personnage aime tirer les ficelles de complots redoutable. A contrario, je l’ai aimé…je le trouvais doux , exceptionnel et inquiétant à la fois. 

Il est de ces personnages dont je me rappellerai longtemps!

 

Je vous avoue qu’il y a un peu de lui…

Marylou est cette jeune héroïne malgré elle, qui devra mener son enquête en résolvant des énigmes via des indices simples mais tellement imprécis qui ne prendront sens qu’aux quelques dernières pages du livres.
Dans sa quêtes, elle y découvrira des déclarations, des arbres généalogiques, des journaux intimes, des confessions…Tout pour nous amener à imaginer tous les scenarii aussi possibles qu’inimaginable!

 

Dantiedov le lui avait demandé, certes, mais, à force de creuser le passé de quelqu’un d’autre, on finit par avoir envie de déterrer le sien, quoi qu’il en coûte.

Jean-Louis Aerts a travaillé et retravaillé son roman. Je l’ai ressenti dans cette lecture aussi fluide que précise!
Il jongle avec les lieux et les années aussi bien que le ferait un acrobate dans son cirque.
En plein milieu d’un récit bien établi, ​l​​​L’auteur nous transporte et nous balade à la découverte d’évènements aussi catastrophique que désastreux, tantôt connus, tantôt inconnus avec lesquels il complète merveilleusement bien son récits

Son travail est tels que ce livre est une véritable poupée russe sans temps morts, rudement bien mené qui nous garde en haleine jusqu’au dénouement final qui nous rend paf!

 

 

On pleure toujours les morts, alors que ce sont les vivants qui sont à plaindre.
C’est eux qui souffrent de voir disparaître ceux qu’ils ont aimés, c’est eux qui prennent conscience de leur propre finitude à travers la disparition des autres.

 

Justement, parlons-en…de ce secret.
Je l’ai compris un peu avant le moment où il devait être dévoilé, et je l’avais imaginé à la moitié du récit…ce qui m’a pas empêcher d’apprécier cet ouvrage, bien au contraire, mais cependant qui m’a pas laissé pantois au dénouement final,  comme j’aurais aimé l’être!

Ce livre est une bonne surprise et un très bon scénario de film! Il pourrait sans problème devenir un très bon divertissement derrière les écrans!
En effet, les personnages sont vivants, les lieux sont décrits de façon précises que l’on voyageait avec nos protagonistes… Un très bon moment que j’ai pu partagé autour d’une bonne Floreffe Blonde!

Pour ce livre, j’aimerais partager mes 🍟🍟🍟🍟  avec l’auteur, c’est amplement mérité!

Ce livre m’a été offert en service presse avec le livre « Un demi-Siecle de mensonge » dont je vous parlerai sous peu!

Sur ce, à la vôtre!

Follow:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *