[Le mois des belges #7] – Avoir la poésie dans le sang!

l’EcriVeine, le premier Roman de Véronique Roppe, rencontré au salon du livre de Bruxelles , est un sujet intéressant à traiter pour le mois des belges.

En effet, le premier roman de la montoise, professeur de français, édité aux éditions du Rappois, que vous pouvez maintenant retrouver en librairie, mélange les codes, et c’est pour cela que je désirais en parler.

Mesdames et Messieurs…L’auteure



L’auteure mélange la poésie et les réseaux sociaux, principalement facebook et particulièrement son « messenger ».
Et pourquoi pas. Pourquoi pas s’intéresser à ce genre de littérature à la plume féminine et délicate?

H : Toujours en forme ?
V : Oui, j’ai craint un instant d’avoir fait fuir le poète-papillon 

L’écriVeine – Véronique Roppe

Dans un monde où tout se bouscule, l’auteure et poète Véronique Roppe nous prend par la main pour partager un délicieux moment littéraire et poétique avec ses deux personnages.

Par le biais des réseaux sociaux, nous découvrons deux êtres qui s’échangent des mots et des idées, partagent des mots, livrent des secrets et des confidences…

Du bout des doigts, ils se rapprochent mais n’osent pas…

Iront-ils au bout de leur ressentis?

L’écriVeine – Quatrième de couverture

je vous avoue qu’à « Réseaux sociaux », je m’attendais à « Instagram », « Facebook », « Snapchat »…un mélange de réseaux créant ainsi un fouillis dans un monde moins poétique que ce qui nous est promis à travers cet ouvrage.

Mon idée trop commune de ces réseaux m’a un peu rebuté, ce qui fait que partir avec des préjugés trop construits ne sont jamais bon!
Et j’aime les auteurs qui démentent mon imagination.

C’était donc l’occasion de parler de cet ouvrage particulièrement gracieux pour un premier roman.

Quand « elle » regarde et commente une vidéo sur facebook et qu’elle reçoit une réponse, elle ne s’attendait pas à ce qui allait lui arriver.

En effet Véronique commence à prendre contact avec celui qui lui a répondu et s’installe dès lors un échange derrière les claviers.

L’auteure/L’autrice (je vous laisse choisir le terme) porte avec son premier roman une histoire légère à la plume délicate dont la langue française est mise en avant sans nul autre pareil!

V : J’ai fait le premier pas, je crois, et même les cent suivants. Je ne vous ai pas fait signe tout bas, ce n’est pas dans ma nature, hélas. Je suis en attente de vous, de vos sages réponses à mes mails enflammés. Il est un aspect de ma personnalité que vous devez connaître : j’ai besoin d’aimer, d’être aimée, et ce, dans chaque aspect de l’Amour…

L’écriVeine – Véronique Roppe

On y retrouve un jeu de séduction épistolaire des temps nouveaux où les protagonistes se cherchent pour découvrir une chose commune qui est la beauté des mots.

Les stéréotypes sur la séduction sont nombreux. Notamment sur l’idée que l’ont se fait sur l’image de l’autre à l’ère du virtuel mais aussi celle que l’ont veut donner de soi!
Le bruit des touches du claviers laissent apparaître une séduction plus intense à l’écrit qu’à l’oral.

Ainsi, à l’aide des mots, de leur tournure et de a beauté des phrases, l’auteur nous transporte dans une relation à laquelle on s’attache rapidement aux deux protagonistes pour être baladé par leur sentiments respectifs.
On s’attache rapidement à nos deux comparses ce qui nous entraîne dans certaines émotions de joie, déception mais aussi de passion.

Tout comme les ados lors de la génération « MSN », l’idéalisation de l’autre est exagérée voire théâtrale en vue de plaire….
Et c’est dans ce style que Véronique Roppe est forte!

V : Envie de… Envie de tenir votre visage entre mes mains. Simplement suivre légèrement du bout des doigts les cernes bleutés qui approfondissent votre regard. Effleurer vos lèvres ouvertes 

L’écriVeine – Véronique Roppe

Cependant là où l’une est touché par un homme marié et semble avoir une passion soudaine pour l’autre…
…Qu’en est-il lorsque le masque tombe?

Au final, la poésie de cet ouvrage se retrouve inscrite à la poésie des mots qui sont au centre de cet ouvrage!

Véronique Roppe m’a emporté dans cette relation, parfois intimistes, de ces deux personnes dont on ne connait rien mais voulant savoir tout l’un de l’autre…distant à quelques bouts de doigts!
C’est pour cela que c’est un ouvrage qui mérite d’être connue.

Cet échange de mot à travers les réseaux méritent bien les 🍟🍟🍟🍟🍟que je lui propose.
Un bête secret, l’auteure est contactée via les réseaux sociaux…au final, Véronique…c’est elle!

Une fois encore, les Editions du Rapois portent à merveille ses auteurs, notamment dans ce coup de cœur inclassable!


Follow:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *